Comportement, locomotion et longues renes

Vous avez un problème qui se rapport à votre cheval, à son travail, à son éducation, à son bien-être, n'hésitez pas, cet espace est pour vous...

Comportement, locomotion et longues renes

Messagepar JPG » Sam 1 Avr 17 06h31

« Le comportement hippique » est la somme des réponses du cheval aux contraintes du dressage et aux demandes du cavalier/dresseur. Ces réponses sont le résultat du modelage de l’éthogramme du cheval à travers plusieurs « filtres » spécifiques qui forment un tout, mais doivent être vus séparément:

- le modèle social d’un herbivore qui vit en groupe
- le tempérament (la réactivité nerveuse aux stimuli)
- le caractère (ce que le cheval choisit de faire en fonction de sa personnalité unique)
- la biomécanique (en fonction de l’asymétrie innée de tous les équidés)

Les 3 premiers éléments sont la cause des comportements, tandis que la biomécanique est l’expression des intentions, émotions et sensations du cheval. C’est sur elle qu’il est le plus facile d’agir - et le plus efficace car tout est intimement lie. En agissant sur l’expression, on résout les causes car on réduit le besoin même du cheval de résister.

La biomécanique naturelle est la base des résistances spécifiques à nos demandes. Toute l’éducation du dressage consiste à réduire ces résistances :

- par la répétition non forcée des exercices,
- par la décontraction locale des contractions,
- par la verticalisation des aplombs qui vient de la régularisation du timing des levers et des posers,
- par la redirection progressive de l’énergie dans le sens des demandes
- par la compréhension mentale des demandes (identification des réponses, récompenses et corrections).

Exemple : un cheval qui n’a été que longe jusque la est mis aux longues rênes pour la première fois. L’équipement consiste en un cavesson souple, une sursangle et les longues rênes coulissantes à travers des anneaux attachés au cavesson

A la longe le cheval n’a jamais complètement contrôlé la distribution de son poids d’une épaule à l’autre. Quand il commence à tourner à gauche et se sent limité vers l’avant par la rêne coulissante allant de la sursangle au cavesson puis a la main du dresseur, il pousse contre la main et fait des petits bonds, tète en bas, qui ressemblent à des « sauts de mouton ». Cela serait donc qualifié comme une manifestation de « comportement », « d’attitude négative » par une observation superficielle. En fait, la même demande faite sur le cheval allant à main droite ne provoque aucun problème : à gauche un cheval résistant, à droite un cheval obéissant sans problème. La raison en est simple : le cheval allant à main gauche tombe sur l’épaule droite et va contre la limitation de la rêne droite tandis qu’a main droite la direction de son équilibre le fait déjà céder à la rêne extérieure qui ne lui pose aucun problème.

La solution simple est de rééquilibrer le cheval en lui apprenant à mettre plus de poids sur l’épaule gauche. La résistance disparait donc en quelques répétitions : arrêt et reculer pour remettre le poids ver l’arrière puis tournant progressive vers la gauche suivis de descente de main. Le cheval trouve son équilibre et n’a donc aucune raison de résister. Par contre, si le problème est traité comme un problème mental, rien ne sera résolu. Si le dresseur force une solution inadaptée, la résistance se transformera alors en défense, attachée a une attitude déterminée qui surgira par anticipation de n’importe qu’elle demande faite dans le même sens.

J’ai déjà rencontre des chevaux qui répondaient a n’importe quel degré de pression de la rêne droite en rêne d’appui (rêne extérieure au cercle) en se mettant debout et en tombant a la renverse, les rendant complètement inutilisables. Une éducation adéquate de 10mn à leur première leçon de longues rênes aurait évité tout ca en les remettant d’aplomb.

Dans mon expérience, 95% des problèmes qualifiés de « comportementaux » sont en fait des problèmes de biomécanique qui se résolvent par la rectification de l’aplomb et la mobilité des antérieurs. Activez la jambe qui traine et tout ira bien.


JPG
JPG
 
Messages: 299
Inscription: Lun 3 Juin 13 09h37
Localisation: Lexington Kentucky USA

Re: Comportement, locomotion et longues renes

Messagepar Laurent » Sam 1 Avr 17 11h58

"95% des problèmes qualifiés de « comportementaux » sont en fait des problèmes de biomécanique qui se résolvent par la rectification de l’aplomb et la mobilité des antérieurs. Activez la jambe qui traine et tout ira bien."

Entièrement d'accord.

J'ai une jument qui déplace ses épaules vers la droite dans le piaffer monté. Je peux l'en empêcher quelques secondes mais elle finit toujours par y revenir ou se traverser (hanches à droite) voir même se mettre debout si je l'en empêche. J'ai essayé tout ce que je connais sur la biomécanique mais je ne l'améliore qu'à dose homéopathique. As-tu une idée de ce que je pourrais lui faire pour améliorer ça ?
Avatar de l’utilisateur
Laurent
 
Messages: 133
Inscription: Sam 26 Oct 13 11h24
Localisation: Fontenay le comte

Re: Comportement, locomotion et longues renes

Messagepar JPG » Sam 1 Avr 17 16h01

Le Piaffer est le point extrême de l'équilibre dans le mouvement. Il révèle donc les problèmes d'aplomb non encore résolus, et pas évidents a résoudre dans tout autre mouvement

Le plus simple est de piaffer aux longues rênes en déplaçant ses hanches a droite et a gauche par des rênes d'opposition successives (rêne droite vers l'arrière pour envoyer les hanches a gauche, puis rendre très vite). Il faut se souvenir que le point essentiel de la méthode de La Guérinière aux piliers ne commence pas par des grands coups de chambrière pour donner de l'énergie incontrôlée, mais en déplaçant les hanches de chaque cote, ce qui diagonalise le cheval en mobilisant la croupe et en égalisant ainsi les appuis des postérieurs. En se servant des rênes d'opposition successives, on conserve la chambrière comme moyen servant uniquement à l'impulsion, donc sans confusion.

En enveloppant les hanches avec la rêne d'opposition, on lui donne une puissance que la rêne courte du cavalier n'aura jamais. C'est un point de levier qui oppose les hanches aux épaules et permet la déviation.

Cette méthode permet au cheval d'apprendre comment changer de direction en travaillant d'une piste aux longues rênes. Le cheval étant a main gauche, on rend toute la rêne gauche, on tire la droite qui amène les épaules a droite et les hanches a gauche (le dresseur se plaçant lui même un peu a la gauche /derrière le cheval. Cela lui apprend aussi à suivre l'autre rêne qui "avance".

Dans le piaffer, les "rênes qui avancent sont aussi fondamentales que les rênes qui retiennent ou dévient, car la bonne réponse a ces trois effets compose tout ce que le cheval a besoin de savoir aux longues rênes (donc du contact pur comme moyen de contrôle). Avancer, retenir, dévier, la chambrière étant un moyen général d'impulsion (par la simple menace de son ondulation). Mes chevaux apprennent à avancer dans les piliers par le mouvement de la chambrière même si je suis devant eux ou de coté et plus derrière.

dis moi si ca marche

JPG
Dernière édition par JPG le Jeu 6 Avr 17 04h17, édité 2 fois.
JPG
 
Messages: 299
Inscription: Lun 3 Juin 13 09h37
Localisation: Lexington Kentucky USA

Re: Comportement, locomotion et longues renes

Messagepar Laurent » Sam 1 Avr 17 21h57

C'est vrai que je ne l'ai jamais mise aux longues rênes car je n'ai pas ce problème à pied. Je vais essayer.
Avatar de l’utilisateur
Laurent
 
Messages: 133
Inscription: Sam 26 Oct 13 11h24
Localisation: Fontenay le comte

Re: Comportement, locomotion et longues renes

Messagepar JPG » Dim 2 Avr 17 01h38

Quand on travaille à pied, il faut suivre le conseil de Raabe et demander AUSSI au cheval des pirouettes renversées avec la croupe se déplaçant VERS le dresseur. La rêne externe doit travailler en opposition jusqu'a ce que le cheval amène la croupe avec la simple tenue de la rêne externe et la présence de la cravache au dessus de l'extérieur du dos, Faire aussi des appuyers dans cette position. Ces exercices sont un des meilleurs moyens de rassembler le cheval et la locomotion peut être alors ralentie jusqu'au piaffer en place en position de Travers (tete-au-mur) allant vers le dresseur.

Quand le cheval répond également aux deux rênes d'opposition en mobilisant la croupe et en la déplaçant de cote avec mesure, ces mêmes rênes servent à animer et même à engager les postérieurs. C'est pour cela que Oliveira animait ses chevaux dans le piaffer avec des petits demi arrêts latéraux. Ou en temps avec les antérieurs (dans la direction de la rêne d'ouverture) pour faire bouger les antérieurs et ouvrir leur stance, ou en temps avec les postérieurs (dans la direction de la rêne d'opposition) pour les engager et aussi les ouvrir un peu si nécessaire. L'assiette étant l'élément qui pousse le cheval en avant vers cette main qui mobilise.

La mobilisation des pieds par la main est apprise au poulain des les premières leçons de travail a pied car c'est le but de tous les effets de rênes qui devra comprendre sous la selle. Alpha et Omega : on commence par les pieds pour relaxer le cheval sur la main et on finit par la main pour mobiliser les pieds.

JPG
JPG
 
Messages: 299
Inscription: Lun 3 Juin 13 09h37
Localisation: Lexington Kentucky USA


Retourner vers Et si nous parlions Equitation...

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron