Un vieux couple

Les présentations, les coup de blues, les papotages, les organisations de rencontres, les petites victoires et histoires perso, etc...

Un vieux couple

Messagepar Véro » Ven 18 Avr 14 21h23

Un des paradoxes d'être propriétaire, c'est que cela nous amène à mieux comprendre le monde du cheval, les besoins de l'animal, à développer une relation privilégiée avec un cheval et dialoguer avec les autres détenteurs de chevaux, à progresser aussi côté équitation…

…Mais juste avec son cheval!! :?

Cela fait maintenant 9 ans que j'ai ma jument (qui a pris 16 ans cette année), je connais toute ses réactions montées et à terre, ses frayeurs qui la mène à des écarts facilement canalisables, sa tendance à tirer au renard que j'évite, soit en la laissant sans attache, soit en l'attachant à un fil.

Sa façon de déraper à droite quand elle est à main gauche, ou de refuser un coin de la carrière. Jusqu'à ce que l'on arrive à un niveau de détente et décontraction qui l'amène à me suivre.

Son enthousiasme en extérieur, quand je la laisse allonger le pas, le trot ou le galop, sa bonne volonté quand je lui demande de ralentir et de se rassembler, au gré de mon assiette et de mes mains plus ou moins précises.
Ses légères réticences quand elle sent que je ne suis pas sûre de la direction à prendre…

Sa paresse en carrière, son inattention quand elle est trop connectée avec son environnement, puis sa bonne volonté quand elle sent que je suis déterminée.

Et puis tous nos moments à terre, au travail en longe ou en liberté, au boxe, au pré, au pansage. Les transports, les changements d'écuries ou il faut souvent retrouver chacune sa place.

Au final, une relation de grande complicité ou chacune trouve son compte, elle sait qu'elle est en sécurité, qu'elle trouvera du bien-être avec moi, et vice-versa !

Mais est-ce encore de l'équitation ?

L'attachement à un cheval, ou aux chevaux en général est-il compatible avec une progression maximale de l'animal ou du cavalier ?

Il me semble que les pros même quand ils sont relativement soucieux du bien-être et de relation particulières avec leurs montures, gardent en tête, avant tout, un objectif de compétition et je n'en connais aucun que se soit attaché à un cheval qui ne soit pas de nature sportive exceptionnelle !!

Avec les années, j'avoue revoir mes exigence à la baisse, peut-être que cette relation vaut mieux que toutes les performances ? :wink:
Avatar de l’utilisateur
Véro
 
Messages: 966
Inscription: Dim 9 Juil 06 21h12
Localisation: Paris/Oise

Re: Un vieux couple

Messagepar Denis » Sam 19 Avr 14 09h53

pour moi aussi, la qualité de la relation , c'est tout l' intérêt de la chose.
Surtout ne pas trahir le cheval par des exigences déplacées
Pour éviter de trop être "à la baisse",trop gentillet, l'idéal est de se faire suivre par un coach qui incitera à travailler un peu quand même :wink: .
Avatar de l’utilisateur
Denis
 
Messages: 3026
Inscription: Sam 15 Juil 06 14h02
Localisation: puy de dôme

Re: Un vieux couple

Messagepar K » Sam 19 Avr 14 16h54

Hello,

Vero demande :

"L'attachement à un cheval, ou aux chevaux en général est-il compatible avec une progression maximale de l'animal ou du cavalier ?"

L'attachement AUX chevaux, sûrement pas. L'attachement à UN cheval, alors là il y a des risques en ce qui concerne LE cavalier.

Pour autant, je suis en accord avec cette phrase de Denis : "pour moi aussi, la qualité de la relation , c'est tout l' intérêt de la chose."

Véro, ma partenaire équestre était limitée par un cheval trop médiocre et trop particulier au regard de ses ambitions techniques ; elle l'a mis à la retraite sur mon conseil, et a acheté une hanovrienne et un KWPN. Depuis, elle n'est plus du tout la même cavalière, a franchi cent étapes en trois années.

Mais ceci est affaire toute personnelle : cependant, si tu veux aller loin techniquement, il te faut changer régulièrement de cheval.Il faut monter de la quantité et de la qualité variable.

Car avec un cheval unique, tes succès comme tes échecs peuvent tenir du simple hasard. En revanche, la relation est tout autre. Chacun voit.

bye
K
 
Messages: 4318
Inscription: Mar 18 Juil 06 20h08

Re: Un vieux couple

Messagepar Denis » Dim 20 Avr 14 13h13

chaque fois que je vais chercher Soto au pré, la question se pose : ballade tranquille (ce qui le satisfera) ou bien travail en carrière (ce qui me satisfera)
je crois que le travail juste peut être ressenti comme plaisant au cheval, parfois... et c'est d'ailleurs un critère d'auto jugement : Est-ce bénéfique ou nuisible ?
et c'est ce qui peut justifier l'équitation, au delà du plaisir égoïste.

en passant, jetez un œil sur ce dernier article remarquable d'E Haillot sur son blog :
http://www.connivence.org/
Avatar de l’utilisateur
Denis
 
Messages: 3026
Inscription: Sam 15 Juil 06 14h02
Localisation: puy de dôme

Re: Un vieux couple

Messagepar Véro » Dim 20 Avr 14 23h40

K histoire personnelle effectivement !

J'ai monté beaucoup de chevaux avant de l'avoir, je suis d'ailleurs passée par un début de formation monitorat (il y a des lustres!!), où je montais 3 à 4 chevaux par jour : extérieur, dressage, obstacle ou cross, reprise des chevaux de club.

J'ai arrêté parce-que si j'adorais le contact des chevaux, l'enseignement n'était pas ma tasse de thé, ce que je regrette un peu, savoir transmettre est important…Encore faut-il que ce soit fait dans un esprit de partage et de générosité, plus que dans un esprit de domination!

Et puis trop d'émotivité qui me faisait passer de bonnes performances à des désastres abyssaux.

Sans compter qu'à l'époque, l'éthologie n'était pas à la mode, on nous expliquait que pour progresser il fallait se durcir face aux souffrances du cheval, ce que j'avais beaucoup de mal à accepter.
L'écurie était pleine de tiqueurs, de maux de garrot, de chevaux boiteux jusqu'aux 4 membres et pourtant nous étions dans un cadre parfait pour les chevaux, des dizaines d'hectares de prairie en pleine cambrousse, les chevaux n'étaient jamais mis au pré, quand j'y repense, j'ai honte d'avoir accepté ça…

J'ai acquis ma jument en toute connaissance de cause, c'était un coup de cœur raisonné.
Ce n'est pas un animal de grand prix, mais elle a des qualités que tout le monde y compris côté pro reconnait…
Ensuite, je suis devenue, plus soucieuse de son bien-être, de son état, que de ma progression :wink:
Avatar de l’utilisateur
Véro
 
Messages: 966
Inscription: Dim 9 Juil 06 21h12
Localisation: Paris/Oise

Re: Un vieux couple

Messagepar Jean-Philippe » Lun 21 Avr 14 15h30

Il y a d'un côté les amoureux de l'équitation (dont on peu espérer qu'ils respectent au moins leur monture...) et de l'autre, les amoureux du cheval.

En suite, il faut placer le curseur là où nous voulons nous situer. Les amoureux de l'équitation, pour eux, c'est simple : changer de cheval tous les deux ans, le temps de commencer un travail, d'en voir les limites et les erreurs pour pouvoir le recommencer sur un autre cheval, en espérant ne pas refaire les mêmes erreurs, mais sachant qu'on en fera d'autres... Les amoureux du cheval se contentent de les regarder vivre au pré, sont heureux à s’occuper d'eux, de leur box, etc.

Ensuite, il y a nous, ceux qui aiment l’équitation et qui aiment également leur monture... Alors là, c'est parfois un dilemme déchirant ! J'ai refusé de mon gros Nono une petite fortune à l'époque, sans même réfléchir, alors que j'étais professionnel, simplement parce que pour moi, il faisait partie intégrante de la famille...

Voilà : trouver sa juste place du curseur... Les problèmes commencent quand on ne se situe pas à l'une ou l'autre des extrémités...
Jean-Philippe

Image
Avatar de l’utilisateur
Jean-Philippe
Administrateur - Site Admin
 
Messages: 7882
Inscription: Mer 5 Juil 06 01h11
Localisation: Laon (Aisne)

Re: Un vieux couple

Messagepar Véro » Mar 22 Avr 14 21h32

JP oui, bien résumé, un vrai dilemme !

Travailler avec un être vivant, sensible, c'est à la fois tout l'intérêt et l'inconvénient de l'équitation !

J'envie parfois les sportifs qui n'engage que leur propre personne, ou les musiciens avec leur instrument. Quand ils poussent leurs limites, cela n'engage qu'eux-mêmes. Et quand ils laissent le ballon, le vélo ou l'instrument au placard pendant 6 mois, il pourront les retrouver quasiment indemne après regonflage ou accordage…
Avec les chevaux, il faut toujours être attentif à les garder en état, ne pas gâcher le mental ou le physique et on organise son travail plus en fonction du cheval que de ses propres besoins ou envies de progression.

L'idéal serait évidemment de pouvoir monter plusieurs chevaux chaque jour ou au moins régulièrement, mais là ça devient compliqué, à part être pro, enfant de pro, ou amateur fortuné … :wink:
Avatar de l’utilisateur
Véro
 
Messages: 966
Inscription: Dim 9 Juil 06 21h12
Localisation: Paris/Oise

Re: Un vieux couple

Messagepar Maryan » Mer 23 Avr 14 15h27

Merci pour le lien Denis.
Je souscris sans retenue à ce texte.
Avatar de l’utilisateur
Maryan
 
Messages: 3297
Inscription: Ven 7 Juil 06 15h14
Localisation: A l'entrée du chemin qui mène au Pays des Centaures

Re: Un vieux couple

Messagepar Denis » Mer 23 Avr 14 21h18

oui Maryan, dommage qu'il ne soit lu et apprécié que par des personnes déjà convaincues :roll:
Avatar de l’utilisateur
Denis
 
Messages: 3026
Inscription: Sam 15 Juil 06 14h02
Localisation: puy de dôme

Re: Un vieux couple

Messagepar Véro » Jeu 24 Avr 14 20h22


Merci pour le lien Denis.
Je souscris sans retenue à ce texte.


Vu et apprécié également, mais je fais partie des convaincus !

Ceci dit je pense qu'il y a une légère amélioration des mentalités ces temps-ci, à la fois sur les terrains de concours haut niveau et dans les clubs :wink:
Avatar de l’utilisateur
Véro
 
Messages: 966
Inscription: Dim 9 Juil 06 21h12
Localisation: Paris/Oise

Re: Un vieux couple

Messagepar Papillon » Ven 25 Avr 14 13h55

Moi j'ai appris ici une phrase toute bete, c'est de n'attendre de son cheval que ce qu'il peut me donner.

Avec mon vieux Barto, 20 ans cette année, 10 ans de vie commune, je suis passée par beaucoup d'étapes.
Aujourd'hui j'ai atteint un niveau au paroxysme de mes capacités, mais certainement pas des siennes. Par contre, je sais où sont ses faiblesses (dans les postérieurs notamment), et je ne les perds pas de vue.
Je lui en demande toujours un peu plus, mais en étant tolérante.
Papillon
 
Messages: 883
Inscription: Lun 10 Juil 06 09h24
Localisation: Ain

Re: Un vieux couple

Messagepar Jean-Philippe » Ven 25 Avr 14 21h53

Papillon a écrit:Moi j'ai appris ici une phrase toute bête, c'est de n'attendre de son cheval que ce qu'il peut me donner.

D'où l'intérêt de bien situer le curseur ! Car si le cheval devient un frein à l'évolution de son équitation... Et que le curseur a tendance à aller de ce côté...
Jean-Philippe

Image
Avatar de l’utilisateur
Jean-Philippe
Administrateur - Site Admin
 
Messages: 7882
Inscription: Mer 5 Juil 06 01h11
Localisation: Laon (Aisne)

Re: Un vieux couple

Messagepar claire la gapounaise » Sam 26 Avr 14 23h48

Joli sujet.
Qui me parle fort, bien sûr.

Je me reconnecte ce soir après une journée dans un colloque un peu "spécial" mais lié au cheval, et où justement, je posais la question "quelqu'un s'est-il penché sur les relations "cheval-cavalier propriétaire", au long cours, et ce qui se tisse là...."?

Et donc, je tombe sur ce sujet, sur des vieilles connaissances, ça fait plaisir, ça m'émeut aussi. (et oui, plein de choses pas digérées encore; qui ne le seront d'ailleurs sûrement jamais).

J'essaie d'y réfléchir mieux Véro, et je reviens. En attendant, bises ici à vous.
en attente de transformation de ma plume en sabot.
claire la gapounaise
 
Messages: 3576
Inscription: Dim 9 Juil 06 23h52
Localisation: 77

Re: Un vieux couple

Messagepar Laurent » Dim 27 Avr 14 10h40

K a écrit:si tu veux aller loin techniquement, il te faut changer régulièrement de cheval.Il faut monter de la quantité et de la qualité variable.

Car avec un cheval unique, tes succès comme tes échecs peuvent tenir du simple hasard. En revanche, la relation est tout autre. Chacun voit.


J'ai longtemps pensé comme toi mais aujourd'hui ma vision des choses a changé. Je suis plus proche, par exemple, de l'expérience d'Emilie Haillot quelle relate sur son blog connivence.org. Elle ne monte guère qu'un cheval qui plus est avec des problèmes physiques importants et des problèmes mentaux au début de leur relation. Pourtant, ils apprennent tous les deux tranquillement et pratiquement seuls, tous les airs du grand prix.

Ce que j'aime dans le dressage, c'est que les chevaux n'ont pas de limite haute. seul le cavalier trouve ses limites. Changer de cheval me fait penser à une grille de Sudoku que l'on n'arrive pas à résoudre. On passe à la suivante, espérant qu'elle sera plus facile. Cela n'a d'intérêt que si l'on résout ensuite la première grille. Un bon joueur de Sudoku n'est pas celui qui résout les grilles faciles mais celui qui termine le plus rapidement possible les grilles les plus difficiles.

Ce qui nous fait perdre du temps en dressage, c'est que l'on doit apprendre par soi même tellement il y a peu de véritables professeurs pour l'équitation qui nous intéresse.
Avatar de l’utilisateur
Laurent
 
Messages: 133
Inscription: Sam 26 Oct 13 11h24
Localisation: Fontenay le comte

Re: Un vieux couple

Messagepar K » Dim 27 Avr 14 13h36

Hello,

Laurent,

je découpe ton propos pour faire clair dans mes réponses.

L : "Pourtant, ils apprennent tous les deux tranquillement et pratiquement seuls, tous les airs du grand prix."

je ne connais pas l'histoire, je ne la conteste pas un seul instant, mais pour reprendre une image de MH, "on n'a rien mis tant qu'on n'a pas mis 100 fois", ce par quoi il signifie ( mais nous sommes d'accord qu'il s'agit d'une caricature) qu'on ne peut conclure qu'après de multiples expériences. Ecrivant ceci, il pensait bien évidemment à ceux de ces auteurs qui écrivent un bouquin et dégagent un dogme après avoir dressé 1 cheval.

Mais, bien entendu, on peut aller très loin avec 1 cheval. Cependant, sans être certain qu'on n'a pas juste le cul bordé de nouilles ; inversement, on peut se noyer avec 1 cheval, mais sans être certain qu'on a vraiment pas de bol.

L :"Ce que j'aime dans le dressage, c'est que les chevaux n'ont pas de limite haute. seul le cavalier trouve ses limites."

Oui, je comprends, mais chacun voit ; perso, je n'ai plus le temps de m'occuper d'un cheval qui mettra x fois plus de temps qu'un standard ; je n'en ai plus le plaisir non plus, pour être honnête. J'ai assez donné. En revanche, je pense que tout cheval, à l'exception près, a une limite haute, en fonction des objectifs qu'on s'est fixés, "qualitatifs ou quantitatifs".

L :" Changer de cheval me fait penser à une grille de Sudoku que l'on n'arrive pas à résoudre. On passe à la suivante, espérant qu'elle sera plus facile."

Ca, c'est tout autre chose que ce que je préconise. L'idée n'est pas de sauter du coq à l'âne par déception, l'idée est d'emmagasiner du métier, des sensations, bonnes ou mauvaises,des difficultés variées, etc. Un peu comme si on voulait éviter la monoculture. Encore plus vrai dans mon idée si l'on a un cheval compliqué, car si l'on abuse des chevaux compliqués, notre équitation s'éloigne d'autant des canons équestres.

exemple d'un risque connu : prends un cheval peureux, puis un autre, et pire encore, un troisième de rang, et ton équitation, si tes connaissances se limitent à ces trois, va être polluée pour un bon paquet de temps, et c'est normal. Inversement, 3 chevaux top et si le quatrième est pourri, les certitudes s'envolent vite...

A titre d'exemple, ma partenaire équestre dispose de deux bons chevaux radicalement différents, elle a pris un gros métier, déjà, à résoudre ce jeu des différences. Avant elle avait le pire cheval que j'aie jamais connu (je ne parle pas de la jument dont nous nous sommes séparés), un cheval acheté à à 10 ans qui avait peur de tout, mais à un point... Là, le plaisir, bof bof... A 30 ans, j'aurais persévéré ; à 45 à l'époque, j'ai dit stop ; on avait mis le cheval au piaffer, tu parles d'un exploit, mais dans la carrière ou au manège, un bruit ou une feuille et il pilait (pas grave au pas, gênant au galop) ou détalait (pas grave au galop, gênant au pas), se croutait une longe sur deux par peur, bref, pas glop.....

Si quelqu'un change systématiquement de cheval par dépit amoureux, cela n'est pas mon idée et je te rejoins alors complètement. Je parle de varier les plaisirs, comme avec les... restaurants :8)

L : "Ce qui nous fait perdre du temps en dressage, c'est que l'on doit apprendre par soi même tellement il y a peu de véritables professeurs pour l'équitation qui nous intéresse."

D'ac et pas complètement pourtant : oui pour les fondamentaux jusqu'à se débarrasser des contingences techniques, non ensuite, car la recherche personnelle, assez périlleuse, emmène beaucoup plus loin. Savoir se libérer de l'enseignement du maître, non pas pour tuer ce dernier, mais pour écrire une page soi-même.

Content de papoter par signaux indiens !!! A plus !
K
 
Messages: 4318
Inscription: Mar 18 Juil 06 20h08

Suivante

Retourner vers Club House

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron