Transitions passage/piaffer/trot

Partie réservée uniquement pour y mettre des photos ou des vidéos dans le but d'obtenir des commentaires et/ou d'apprendre à vous exercer l'oeil... Attention, les vidéos mises doivent être au format "flash" (extension.swf ou .flv).

Transitions passage/piaffer/trot

Messagepar JPG » Mar 28 Avr 15 18h10

Salut,

voila une petite seance de travail avec mon cheval Orion, filmee impromptu par un eleve. Il a 10 ans et est maintenant confirme dans tous les mouvements du grand prix. Le but du travail est de maintenir la cadence dans les transitions passage/piaffer/trot dans la déclinaison rassemble/moyen/appuyer/en arrière

Le cheval travaille a un niveau d'energie tres eleve qui comporte une grande tension positive (rassembler et brilliant du mouvement), et le but est d'eviter la tension negative (inversion de l'encolure, augmentation de l'appui, queue qui fouaille, peryte de cadence, etc.). Ca marche assez bien, mais son engagement a besoin d'augmenter dans la transition vers le piaffer. J'ai cherche a identifier les muscles/fascia qui le limite et je pense que nous avons trouve. Ma masseuse a commence a relaxer les muscles a l'interieur des cuisses et ca lui convient car il pousse contre elle vers l’arrière pour augmenter la pression avec un contentement évident.

Parfois nous devons resoudre des problemes d'equitation (contact, obeissance, aidea adaptees), ou de dressage (progression correcte) et parfois il faut resoudre un probleme physique (relacher les fascia qui limitent le mouvement), et parfois il faut faire les trois.

Donc voila, il ne va pas trop mal, travaille avec plaisir et fait un vrai effort de generosite. Il reste des details a regler (ca va m'occuper 10 ans de plus :)

JPG

JPG
 
Messages: 299
Inscription: Lun 3 Juin 13 09h37
Localisation: Lexington Kentucky USA

Re: Transitions passage/piaffer/trot

Messagepar JPG » Mer 29 Avr 15 05h59

Je me posais la question pourquoi il etait un peu raide dans le dos la semaine derniere. Je viens de comprendre: il couvait un virus et est tombe malade hier (fievre, toux). Heureursement, il a une sante d'enfer et la fievre est tombee aujourdh'ui, mais il va tousser une semaine de plus (presque tout le monde a eu ca dans l'ecurie). Je pars demain en stage pour une semaine (San Francisco, LA, San Diego), donc il va avoir le temps de recuperer.

Mon eleve francaise Marie Tabarly repart en France demain apres 6 mois d'etudes ici. Elle a fait du bon travail et a bien apprit l'Endotapping. Elle a debourre 2 poulains ici, travaille deux 4 ans qui ont bien progresse et monte mes chevaux d'ecole avec succes. Elle part chez Danny Lahaye la semaine prochaine. Une autre vient pour la remplacer d'Afrique du Sud. Si un(e) francais(e) avec deja une bonne experience veut venir etudier serieusement, j'ai de la place......

JPG
JPG
 
Messages: 299
Inscription: Lun 3 Juin 13 09h37
Localisation: Lexington Kentucky USA

Re: Transitions passage/piaffer/trot

Messagepar Denis » Lun 4 Mai 15 22h19

merci d'abord JPG de partager ces images
certains pensent que les groupes musculaires qui font le passage ne sont pas les mêmes que ceux qui font le piaffer, d'où la difficulté de ces transitions, qu'en pensez vous ?
pourquoi intercaler des appuyers dans ces transitions ?
autre question, on voit le cheval chalouper pas mal, Est-ce un défaut à corriger ou pas ?
Avatar de l’utilisateur
Denis
 
Messages: 3026
Inscription: Sam 15 Juil 06 14h02
Localisation: puy de dôme

Re: Transitions passage/piaffer/trot

Messagepar JPG » Mar 5 Mai 15 10h32

Denis,

merci des commentaires.

Le piaffer est base sur l''engagement et le passage sur la poussee des posterieurs et/ou l'avancee des anterieurs. C'est donc des mouvements tres differents qui n'ont en commun que la cadence, d'ou la difficulte des transitions.

La transtion passage/appuyer est essentielle car le cheval qui apprend a se ralentir dans le passage peut se retenir dans les appuyers. De meme, appuyers au passage doivent etre suivis d'appuyers au trot pour la meme raison, dans la meme direction ou dans l'autre.

D'une facon generale, toutes les transitions sont utiles (appuyers au pas/appuyers au galop/appuyers au trot/appuyers au passage/pas de cote au piaffer, etc.).

Le cheval chaloupe au passage parce qu'il pousse, mais c'est un defaut qui doit diminuer avec la force. Il a des tensions fasciales autour des hanches (abducteurs et adducteurs) qui doivent etre resolues "a la main" (massage). Ce sont les memes tensions qui limitent son engagement au piaffer. C'est un peu genetique (son pere le fait, mais son frere ne le fait plus au passage). Je pense que ca vient de l'arabe dans le sang Veiga.

Ce qui compte d'abord c'est les principes: cadence, equilibre (legerete constante), mobilite (tourners), position correcte (nuque en place), calme/relaxation dans l'energie (queue tranquille). Apres ca la qualite s'ameliore (plus d'elevation, plus d'engagement, moins de balancer, etc.) et ca prend le temps que ca prend.

Il est genereux et content der travailler et c'est l'essentiel.

Je pleure mon cheval Istoso (grand pere d'Orion) qui est mort ce soir en un instant d'une embolie cerebrale apres diner. C'etait un cheval magnifique, un vrai seigneur ne chez Borba que j'avais achete a Massa. Il me laisse des fils et des filles exceptionelles, donc 2 etalons de remplacement Zuper et Zarowski. Il a ete avec moi pendant 19 ans et je l'ai encore monte la semaine derniere pour montrer a Marie comment faire les pirouettes multiples (il en a fait jusqu'a 10 de suite dans le temps). Il a appris a des generations de cavaliers la cadence du passage, la delicatesse du piaffer et les pirouettes dans la creme, et surtout a ne pas tirer.

A 25 ans, il fallait encore le longer quelques minutes avant le travail car il etait plein d'energie et adorait son travail. En main, il se mettait dans un trot espagnol extravagant au lieu de rester au passage parce que c'etait plus amusant et il etait plutot espiegle. Sa soigneuse Kim m'a dit que meme meme mort, il est encore beau.

Il sera enterre demain dans la colline sous l'ombre d'un grand arbre, aupres de ma chere Sultana avec qui il m'a donne 4 poulains extraordinaires. Il a toujours produit meilleur que lui meme et cette semaine ses derniers fils et filles naitront, oxala (si Dieu le veut), comme on veut dire en Espagne.

Ce soir, je suis dans la Vallee de la Lune (Sonoma) chere a Jack London qui aimait tant les heros et nous avons bu beaucoup trop d'un tres grand vin de Californie avec mes amis Lisa et Blake pour souhaiter bon voyage au grand Istoso.

Demain je voyagerais avec mon collegue Carlos Carneiro et nous parlerons du Portugal qui nous manque tant. Apres y etre ne, Istoso a connu la France, le Mexique et le Kentucky. Il est parti ce soir sans rien devoir a personne. Il n'a jamais vieilli et puis il est mort. Paul Fort me vient a l'esprit:

"Il est mort par un éclair blanc, tous derrière et lui devant."

Cherissez vos chevaux tant qu'il sont la avant qu'ils ne deviennent des souvenirs car ils sont le baume de notre coeur.

A plus.

JPG
JPG
 
Messages: 299
Inscription: Lun 3 Juin 13 09h37
Localisation: Lexington Kentucky USA

Re: Transitions passage/piaffer/trot

Messagepar Denis » Mar 5 Mai 15 22h07

merci pour la reponse , et navré pour cette perte
j'ai choisi d'aimer sans retenue mon cheval Soto, de vivre le truc à fond, je sais qu'un jour ça fera mal
Avatar de l’utilisateur
Denis
 
Messages: 3026
Inscription: Sam 15 Juil 06 14h02
Localisation: puy de dôme

Re: Transitions passage/piaffer/trot

Messagepar Christopher Cunningham » Sam 9 Mai 15 15h44

JPG,

Même empathie de ma part.

Sinon, je suis bien convaincu qu'il ne saurait y avoir de trot stylisé avant la maîtrise des appuyers, c'est-à-dire quand le cheval sait pouvoir se rattraper latéralement malgré le ralentissement de l'allure mère. Une évidence. Nous avons tous besoin qu'on nous rappelle des évidences...

Avancer à 2 km/h sur une bicyclette devient un problème latéral quand l'effet gyroscopique ne sert plus de rien.

JPG explique que cela se voit au début et que c'est normal, après on ne voit plus rien.

Régler les appuyers n'est pas rien. Je m'applique à le faire sans pratiquement aucun recul de la jambe du dehors, seulement jouer sur sur l'ouverture/fermeture des genoux, assiette, regard. Rênes, si possible envoyées toutes les deux vers le dedans, dans une seule main c'est encore mieux. Si je parviens à quelque chose d'acceptable aux deux mains, je sais que je peux commencer à raccourcir significativement le trot, sans abuser.

Propos basés sur la pratique du terrain sur des chevaux ordinaires, montés par un cocher ordinaire... :)

CC
Christopher Cunningham
 
Messages: 1406
Inscription: Lun 1 Mar 10 19h11

Re: Transitions passage/piaffer/trot

Messagepar JPG » Sam 9 Mai 15 18h33

Merci Christopher.

Les appuyers c'est un concept oppose au passage, dans le sens qu'un cheval qui passage monte en l'air dans son geste au lieu d'aller de cote. Il faut donc etre sur que le cheval veut toujours aller de cote (des 2 cotes) en alternance ou en combinaison avec le passage.

Un cheval bien dresse doit bien vouloir passer du passage a l'appuyer, de l'appuyer au trot a l'appuyer au passage etc. (j'ai peut etre deja dit ca?).

Un cheval qui resiste a la jambe qui lui demande la cadence se traversera (appuyer en evasion), tandis qu'un cheval qui resiste a la jambe (ou la main) qui lui demande d'aller de cote ralentira un des diagonaux (ralentir la cadence en evasion, ce qui est aussi problematique que l'inverse). C'etait une technique utilisee souvent en Espagne pour obtenir un passage de frime par des cavaliers peu preoccupes par un dressage complet (annees 70).

Pour moi le vrai dressage est l'enseignement d'un language, c-a-d une serie de concepts modulables et combinables qui permettent la creation d'une multiplicite d'expressions, d'ou la possibilite de la prose equestre (le sport et l'utilite) ou de la poesie equestre (l'Art de la haute equitation). Avant de pretendre ecrire artistiquement avec son cheval, il faut apprendre la calligraphie fluide des gestes, l'orthographe precis des exercises, la syntaxe logique des enchainements et former une vision interne de ce que l'on veut exprimer (le cheval "dresse"). On ne peut pas oublier la technique ou "la sublimer par l'amour" sans d'abord, l'acquerir et la posseder fermement.

La seule vraie chance equestre que j'ai eue a ete de voir Michel Henriquet faire une diagonale au galop a Bailly et un changement de pied au bout dans une vibration qui m'etait jusqu'alors inconnue, puis de voir Oliveira au trot cadence sur une musique de Verdi en ouvrant la porte du manege a Povoa de Santo Adriao pour la premiere fois. Ca a eu sur moi le meme effet que de lire Le Dormeur du Val de Rimbaud en troisieme: tout l'Ethos et le Pathos de l'equitation en 4 secondes. Ca vous marque un jeune homme:), mais il faut avoir les yeux, les oreilles - et surtout l'esprit - bien ouverts pour que la vision entre et s'installe.

Le reste a pris un demi-siecle d'efforts, de reflexion et de frustrations. Bien sur, j'ai evolue et cree une idee equestre qui m'est propre, mais qui n'a pas trahi, j'espere, la conviction ancienne de la beaute du cheval monte que j'ai apercu le premier jour de mon education "secondaire".

Il manque souvent deux choses fondamentales a beaucoup de cavaliers de dressage de notre epoque: une vision lumineuse, persistente de ce qu'on cherche a produire et une filiation du sentiment equestre par l'experience des chevaux dresses par un maitre. En ayant vu ou monte des chevaux dresses par des eleves des eleves de Jousseaume, Decarpentry, Fillis, Lorke, Miranda, Meneses par le biais de Oliveria, Henriquet, Athayde, Borba, Valenca, Rehbein, Shultheis, Bourdeleau, Persin, Jourdanne, Bironneau et bien d'autres, je pense avoir apercu la vibration lointaIne et fragile de Baucher et de la Gueriniere.

Ce n'etait qu'une flammeche ephemere a laquelle il faut preter une grande attention pour la remettre dans le contexte des livres lus si souvent et pas toujours compris, mais c'est tout ce que nous avons pour pouvoir pretendre appartenir a la tradition equestre classique. Les histoires immemoriales des raconteurs passent par la memoire de l'oreille, celle des cavaliers passent par la memoire de l'assiette.

Les eleves qui ont monte Istoso chez moi (Cedar, Marie, Robin pour citer les dernieres) ont eu acces a la memoire "homeopathique" des maitres qui m'ont inspire. C'est pour cela que les ecoles sont si importantes: un cavalier de Vienne touchera, peut-etre sans y penser, le sentiment equestre de Max von Weyrother en ligne directe. Sans ce sentiment, il est difficile de reinventer l'equitation. Meme les revolutionaires doivent avoir de la culture pour savoir ce qu'ils veulent changer. Le tableau prefere de Picasso etait le Radeau de la Meduse de Gericault et Baucher enfant avait admire d'Abzac de loin.

Je pars voir un concours de chevaux espagnols aujourd'hui a LA, ca va etre dur :))

A plus, JPG
JPG
 
Messages: 299
Inscription: Lun 3 Juin 13 09h37
Localisation: Lexington Kentucky USA

Re: Transitions passage/piaffer/trot

Messagepar Jean-Philippe » Dim 10 Mai 15 13h32

Mon cher JPG, je rentre de vacances sans Internet, et je découvre ton message sur le décès de Istoso... Je suis de tout cœur avec toi. L'Art Équestre, c'est la sublimation de la technique par l'amour disait Nuno, et perdre un être que l'on aime est toujours très douloureux.

Message perso : Pas de nouvelles de Vincent. Je l'appelle en début de semaine.
Jean-Philippe

Image
Avatar de l’utilisateur
Jean-Philippe
Administrateur - Site Admin
 
Messages: 7882
Inscription: Mer 5 Juil 06 01h11
Localisation: Laon (Aisne)


Retourner vers Photos et vidéos à commenter.

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron